Action, Chine, Ciné-Asia, Crime - Policier, Hong-Kong, Thriller

LINE WALKER 2: INVISIBLE SPY (2019) ★★★★☆


 

Line Walker 2: Line Walker 2

 

 

Après avoir découvert des preuves de corruption dans les forces de police, trois policiers de Hong Kong tentent de découvrir auquel d’entre eux on peut faire confiance.

 

 

« Line Walker 2: Invisible Spy » (使徒行者2:諜影行動) est un thriller d’action policier sino hongkongais datant de 2019, réalisé par Jazz Boon, à qui l’on doit également « A Fist Within Four Walls » (2016). Les acteurs principaux sont Nick Cheung, qu’on a pu voir dans « Warriors of Future » (2022), Louis Koo, qu’on a pu voir dans « The White Storm 2: Drug Lords » (2019), Francis Ng, qu’on a pu voir dans « The Last Tycoon » (2012), Huang Zhizhong, qu’on a pu voir dans « Our Time Will Come » (2017), et Zhang Yichi, qu’on a pu voir dans « The Wandering Earth » (2019). Ce métrage est une adaptation de la série TVB datant de 2014 du même nom et fait office de suite à « Line Walker » (2016).

L’histoire proposée par « Line Walker 2: Invisible Spy » nous plonge dans une sombre histoire où tout le monde se méfie de tout le monde. Une organisation terroriste internationale a enlevé de nombreux enfants à travers les années, les transformant en supers guerriers afin d’infiltrer diverses forces de police à travers le monde dans le but de les espionner de l’intérieur. Après que le surintendant Yip (Francis Ng) et l’inspecteur en chef du CIB Ching (Nick Cheung) aient arrêté une journaliste et hackeuse nommée Yiu (Jiang Peiyao) alors qu’elle était sur le point de reconstituer les stratagèmes de l’organisation criminelle, le surintendant Cheng (Louis Koo) tente de leur retirer l’affaire des mains. Qui pourrait donc être ces agents doubles ? Toutefois, le chef de la police de Hong Kong leur ordonne de travailler ensemble, et les voilà en route pour la Birmanie puis en Espagne dans l’espoir de découvrir la vérité. Mais le flou persiste pour savoir qui sont les bons flics et qui sont les mauvais flics…

Le scénario concocté par Cat Kwan se distingue par deux aspects distincts qui signent fortement ce métrage. Le premier aspect rejoint dans l’esprit ce qui avait été fait dans le premier opus, soit une intrigue fortement complexe en raison de la duperie qui anime certains personnages. Toutefois, dans le cas présent, c’est nettement mieux construit et les véritables natures se révèlent assez rapidement dans le développement. Des enfants sont kidnappés depuis des années par une organisation criminelle. Ils sont formés et entraînés de manière à obtenir des postes importants dans les forces de police. La finalité étant d’une part de surveiller, espionner, informer sur les actions à venir, mais également de faire disparaître certaines preuves le cas échéant. Une approche qui n’est pas sans rappeler « Infernal Affairs » (2002) d’Andrew Lau et Alan Mak. Film hongkongais dont le remake hollywoodien a été réalisé par Martin Scorsese en 2006 sous le titre de « The Departed » étrangement devenu « Les Infiltrés » pour la distribution française (!!!). Le second aspect est l’action qui est fortement présente durant l’intégralité du métrage. Comme je l’ai signalé dans notre critique du film « Shock Wave 2 » (2020), le cinéma chinois ne se soucie pas d’être cohérent dans la continuité des films. Ainsi, ce « Line Walker 2 » présente une histoire sans rapport avec le premier opus, mettant en scène des acteurs présents dans le film précédent, mais dans des personnages différents. On peut donc tout à fait aborder ce métrage sans en y voir une suite.

Dans ce méli-mélo de personnages, essayons d’y voir plus clair. Nick Cheung incarne Ching, l’inspecteur en chef du CIB (Criminal Intelligence Bureau). L’homme, par ses actions, au début du film, laisse croire qu’il est une taupe infiltrée dans les services de police. Toutefois, c’est un leurre, il fait partie d’une section fantôme antiterroriste, au sein de la police de Hong Kong, intitulée IFF (Force Invisible au Front) sous le commandement direct du super intendant Yip, interprété par Francis Ng. De son côté Louis Koo incarne le super intendant Cheng de la Division Sécurité. Ce dernier, après avoir pris connaissance des révélations données par la journaliste Yiu, cherche à identifier la/les taupe(s). Une attitude de supercherie puisque c’est lui cette fameuse taupe. Néanmoins, ses actions négatives sont motivées par la pression exercée par l’organisation mafieuse qui l’a formé, car celle-ci détient sa fille en otage. En outre, ils ont tué son épouse sous ses yeux pour s’assurer de sa pleine collaboration. Bien qu’il soit sous étroite surveillance, il parviendra à communiquer des informations de la plus haute importance à Ching, qui s’avère être son ami d’enfance.

Les valeurs de production qui animent ce « Line Walker 2 » sont d’une excellente qualité. La photographie présentée par Jason Kwan, qu’on a déjà pu voir à l’œuvre sur « As the Light Goes Out » (2014), ou encore « Wu Kong » (2017), nous permet de voyager un petit peu avec des séquences en Birmanie, à Pampelume et à Madrid en Espagne, mais également à Hong Kong en Chine. Les scènes d’action s’enchaînent avec des fusillades, dont une semble clairement être inspirée du film « Heat » (1995) de Michael Mann, des explosions, des confrontations à mains nues et/ou avec armes blanches, et plusieurs courses-poursuites. La bande musicale orchestrée par Yusuke Hatano et Timo Jaeger vient parfaitement accompagner l’ambiance du film et donne du rythme à l’ensemble. Enfin, le montage débouche sur un film d’une durée de 98 minutes.

En conclusion, « Line Walker 2 » est un très bon film d’action policier disposant d’une histoire familière, d’une intrigue classique et d’un développement vigoureux. Le rythme est soutenu, le récit est fluide et la narration fait appel à plusieurs flashbacks. La photographie multiplie les lieux, les décors et les ambiances, la bande musicale est agréable et le montage est cohérent. La distribution offre de très bonnes prestations, cependant dominées par la confrontation fraternelle entre Louis Koo et Nick Cheung. L’ensemble est agréable à suivre et permet d’avoir un agréable moment de divertissement. De plus, il peut s’aborder sans avoir vu le premier opus, pourquoi s’en priver ?

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 723 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :