Action, Chine, Ciné-Asia, Crime - Policier, Hong-Kong, Thriller

HELIOS (2015) ★★✮☆☆


 

Helios (2015)

 

 

Un engin nucléaire miniaturisé a été volé en Corée du Sud. L’arme va changer de main à Hong Kong. Une équipe spéciale est mise sur pied afin de la récupérer. Mais le cerveau criminel insaisissable, Helios, a toujours une longueur d’avance sur la police, pourtant soutenue par une coopération internationale…

 

 

« Helios » est un thriller policier datant de 2015, dirigé par Longman Leung et Sunny Luk, à qui l’on doit également « Cold War » (2012). Les acteurs principaux sont Jacky Cheung, qu’on a pu voir dans « Bodyguards and Assassins » (2009), Nick Cheung, qu’on a pu voir dans « Warriors of Future » (2022), Shawn Yue, qu’on a pu voir dans « The Brink » (2017), Wang Xueqi, qu’on a pu voir dans « Skyfire » (2019), Janice Man, qu’on a pu voir dans « Nightfall » (2012), Ji Jin-hee, qu’on a pu voir dans « Soo » (2007), Choi Si-won, qu’on a pu voir dans « Dragon Blade » (2015), Kim Hae-sook, qu’on a pu voir dans « Kundo: Age of the Rampant » (2014), et Philip Keung, qu’on a pu voir dans « Drug War » (2012). Ce film est paru le 30 avril 2015 en Chine et le 1er mai 2015 à Hong Kong.

L’histoire proposée dans « Helios » nous emmène dans les méandres des services secrets asiatiques et autres agences gouvernementales de sécurité. Une arme nucléaire d’un nouveau type, nommée DC8 et développée en Corée du Sud, qui peut tenir dans un simple petit sac à dos, a été volée par le trafiquant d’armes et terroriste Gam Dao-nin (Chang Chen) que tout le monde identifie comme Helios, le leader d’une organisation criminelle et terroriste aux ramifications internationales, et sa complice Zhang Yiyun (Janice Man), connue sous le pseudonyme « Messenger » par les services de police. L’arme a été mise à prix et une transaction allant dans ce sens doit s’opérer à Hong Kong, conduisant à la mise en place d’un groupe de travail spécial.

L’équipe se compose d’une unité antiterroriste de Hong Kong dirigée par Eric Lee (Nick Cheung) et soutenue par Fan (Shawn Yue), tandis que le colonel Choi Min-ho (Ji Jin-hee), spécialiste du DC8 et protégé par l’agent Park Woo-cheol (Choi Siwon), rejoignent l’équipe depuis la Corée du Sud. De plus, le professeur Siu Chi-yan (Jackie Cheung) soutient l’équipe avec des conseils importants tout en se heurtant constamment à Song An (Wang Xueqi), un haut fonctionnaire de la Chine continentale, qui semble vouloir gérer l’aspect diplomatique différemment. Une opération visant à empêcher la vente, tout en récupérant l’arme nucléaire est mise en place avec succès, mais les principaux terroristes parviennent à s’échapper. Le DC8 est mis à l’abri, mais les problèmes commencent vraiment à se développer au niveau diplomatique, d’autant plus qu’Helios veut absolument récupérer la bombe…

Le scénario concocté par Longman Leung et Sunny Luk, qui endossent également la casquette de réalisateur, est relativement compliqué. Ce film vient étayer le concept qui consiste à faire compliquer quand on peut faire simple. La trame de départ est basique, une arme de destruction massive est volée par un groupe de terroristes qui n’hésite pas à faire le ménage par le vide. Comme on retrouve la trace de l’arme à Hong Kong, une coopération internationale s’installe pour empêcher le changement de main, avec les risques potentiels. L’opération est un succès et l’engin est récupéré. Les choses se compliquent avec l’apport d’une intrigue à caractère diplomatique. Dans ce sens, on peut y voir une critique de la situation de Hong Kong qui, jusqu’à il n’y a pas très longtemps, était autonome. Désormais, les autorités hongkongaises doivent se coucher devant la mère patrie toute-puissante, qui n’hésite pas à réprimander les amateurs d’indépendance dans la violence, comme l’actualité récente a pu le démontrer. Le twist dans la dernière partie est assez inattendu lorsque la véritable identité d’Helios est dévoilée. En outre, certains personnages de premier plan passent à la trappe. Enfin, la fin du récit est plus qu’ouverte, laissant la place à une suite possible, chose qui tarde quelque peu étant donné que ce film date déjà d’il y a sept ans.

À mon sens, il y a trop de personnages de premier plan, ce qui participe à la confusion qui règne par endroit. Nick Cheung incarne Eric Lee Yan-ming, inspecteur en chef de l’unité d’intervention contre le terrorisme et commandant de l’équipe d’intervention d’urgence. Bien qu’il partage l’avis qu’il faudrait que les coréens récupèrent leur machine infernale tout au plus et qu’ils dégagent avec, il est obligé de se coucher devant les ordres de Pékin. Shawn Yue interprète Fan Ka-ming, inspecteur principal de l’unité d’intervention contre le terrorisme qui servait auparavant dans l’unité des tâches spéciales et le bureau des renseignements criminels. Il est l’un des commandants adjoints de l’équipe d’intervention d’urgence. Il monte au créneau lors des interventions de police. Chang Chen interprète Gam Dao-nin, un trafiquant d’armes sud-coréen qui serait le criminel le plus recherché sous le pseudonyme de « Helios« , alors qu’en réalité, il a été positionné dans ce rôle par le vrai « Helios » pour être le bras armé de son complot. Janice Man interprète Zhang Yiyun, l’assistante de Gam Dao-nin. Elle est charmante mais terriblement efficace et dangereuse.

Le vétéran Wang Xueqi (76 ans) incarne Song Ahn, un haut fonctionnaire du gouvernement chinois qui préconise l’utilisation de moyens diplomatiques pour faire face à la crise. Il préconise également que le DC8 reste à Hong Kong. Il semble bien plus important qu’il ne le laisse paraître, comme vient le démontrer la séquence finale. L’acteur coréen Ji Jin-hee interprète Choi Min-ho, directeur adjoint du service national de renseignement sud-coréen et expert en armes de défense. Avec un doctorat en génie mécanique et en physique, il est issu d’une famille de scientifiques. Il doit s’assurer que l’arme nucléaire ne dégage pas de fuite radioactive, tout en neutralisant l’engin. L’acteur coréen Choi Siwon incarne Park Woo-Cheol, un agent spécial sud-coréen chargé de la sécurité de Choi Min-ho. L’actrice coréenne Yoon Jin-yi interprète Shin Mi-Kyung, une espionne sud-coréenne envoyée à Hong Kong pour aider Choi Min-ho et Park Woo-cheul dans leur mission. Elle travaille dans une maison d’édition de magazines pour dissimuler son identité. Enfin, Jacky Cheung incarne le professeur Siu Chi-yan, enseignant de physique à l’Université de Hong Kong et expert en crise qui s’oppose à ce que le DC8 reste à Hong Kong…

Les valeurs de production sont tout à fait correctes pour ce film, et même bien au-dessus de la moyenne. « Helios » fut doté d’un budget estimé entre 18 et 26 millions de dollars. Bien que certaines parties du métrage aient été filmées en Corée du Sud, l’essentiel du tournage a eu lieu à Hong Kong. Contrairement à ce qui était proposé dans « The Brink » (2017), c’est le Hong Kong propre, lisse, high-tech qui nous est présenté dans ce film. Les scènes d’action sont bien structurées. L’attaque des forces de police dans le parking en silo pour empêcher le changement de main de l’arme nucléaire est très percutante et la confrontation physique entre les personnages incarnés par Nick Cheung d’un côté et Janice Man de l’autre est superbement chorégraphiée. Le souci, c’est que tout ceci est noyé dans un ensemble de palabres et autres discussions dont on ne saisit pas systématiquement le sens. La bande musicale orchestrée par Peter Kam vient très bien accompagner les différentes ambiances du métrage et le métrage effectué par Ron Chan et Wong Hoi débouche sur un film d’une durée de 119 minutes.

En conclusion, « Helios » est un thriller policier moyen disposant d’une histoire tourmentée, d’une intrigue qui se perd et d’un développement déséquilibré. Le rythme est haché et souvent parasité par trop de causeries inutiles, le récit manque de fluidité par endroit et la narration est linéaire. La photographie est plutôt éclatante, la bande originale est soignée et le montage aurait gagné en amputant l’histoire de quelques discussions superflues. La distribution offre de bonnes prestations sans qu’un personnage ne se dégage réellement du lot, bien que les antagonistes apparaissent comme très efficaces. L’ensemble se laisse regarder, mais n’est pas assez percutant pour être mémorable.

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 765 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :