Action, Crime - Policier, Hong-Kong, Thriller

HARD BOILED (1992) ★★★★☆


 

Hard Boiled (1992)

 

 

Un flic dur à cuire allie ses forces à un agent infiltré pour arrêter un malfrat sinistre et son gang.

 

 

« Hard Boiled » ou « À toute épreuve » pour la distribution française, est un thriller d’action policier hongkongais datant de 1992, dirigé par John Woo, à qui l’on doit également « Manhunt » (2017). Les acteurs principaux sont Chow Yun-fat, qu’on a pu voir dans « Cold War II » (2016), Tony Leung Chiu-wai, qu’on a pu voir dans « The Silent War » (2012), Anthony Wong, qu’on a pu voir dans « White Vengeance » (2011), et Jun Kunimura, qu’on a pu voir dans « Kate » (2021). Il s’agit du dernier film hongkongais de John Woo avant sa transition vers Hollywood. Ce métrage est paru le 16 avril 1992 à Hong Kong.

L’histoire proposée par « Hard Boiled » nous invite à suivre l’inspecteur Yuen Ho-yan (Chow Yun-fat) alias Tequilla. Un flic coriace, qui ne respecte pas toujours les règles. Lors d’une opération policière, une fusillade éclate, au cours de laquelle non seulement de nombreux policiers perdent la vie, mais également un nombre important de passants. En outre, il perd également son ami flic pendant l’opération, c’est pourquoi il est encore plus déterminé à mettre la main sur les responsables du trafic d’armes sur lequel il enquête. Dans le même temps, Alan, un flic infiltré (Tony Leung Chiu-wai) dans le réseau de contrebandiers d’armes, est sur le point d’obtenir des informations capitales pour l’enquête. Toutefois, Johnny Wong (Anthony Wong), le numéro deux de ce gang criminel veut éliminer le patron pour prendre le pouvoir de l’organisation. Pour cela, il a besoin d’Alan qui est lié au patron par une certaine forme de loyauté. Alan est quelque peu désorienté et ne sait plus vraiment de quel côté il se situe, jusqu’à ce qu’il rencontre Tequilla. Après quelques premières rencontres hostiles, ils forment une équipe et, avec l’aide d’un informateur, ils découvrent où Johnny Wong cache son stock d’armes de contrebande, soit dans les sous-sols d’un hôpital. Une intervention de grande envergure est mise en place, mais ce n’est pas sans danger…

Le scénario concocté par Gordon Chan et Barry Wong positionne « Hard Boiled » dans le registre du film d’action ultra violent. Après avoir créé des films axés sur la vie des gangsters, le réalisateur John Woo a plutôt voulu faire un film qui glorifiait la police. John Woo admirait les personnages de Clint Eastwood et Steve McQueen dans leurs films « Dirty Harry » (1971) et « Bullitt » (1968) respectivement, et voulait faire son propre film policier du type Dirty Harry à la Hong Kongaise. L’histoire initiale du film racontait que le personnage de Tony Leung était un psychopathe qui empoisonnerait les aliments pour bébés. Toutefois, de nombreuses personnes furent choquées par cette idée, ce qui a arrêté la production pendant presque un mois. Le scénariste Barry Wong a été amené à écrire une nouvelle histoire autour du personnage de Tony Leung en tant qu’officier de police infiltré. Après avoir réécrit la première partie du scénario, Barry Wong est parti en vacances à l’extérieur de Hong Kong, où il est mort en laissant le scénario inachevé. C’est donc Gordon Chan qui fut chargé de terminer le travail sur le script.

L’un des aspects les plus choquants du film réside dans le fait de voir le nombre important de personnes innocentes qui meurent dans cette histoire. La signature du réalisateur est particulière avec une présentation sans morale de l’action. Cela devient encore plus évident lors de la fusillade à l’hôpital dans la dernière grosse partie du film. C’est précisément ce type de séquences qui ont donné à John Woo le surnom de « Mozart de l’action » et/ou de « God of Bullet Ballet« . Il suffit de regarder les nombreux détails lors des prises de vue, comme l’environnement qui est percuté massivement par les balles ou l’esthétique globale de vols planés des victimes. Bien que la première heure soit principalement réservée à nous présenter les différents personnages, l’action devient non-stop dans la seconde heure avec un véritable jeu de massacre et de nombreuses victimes, policiers, gangsters, et comme je l’ai souligné précédemment, des victimes innocentes, passants, clients, et finalement des patients d’un hôpital.

Anthony Wong incarne Johnny Wong, l’un des principaux antagonistes de l’histoire. Un chef de triade qui prévoit de prendre le contrôle total des gangs de Hong Kong en utilisant l’argent de son business de contrebande d’armes, dont la plupart sont stockées dans le sous-sol d’un hôpital. Personnellement, je trouve qu’à cette époque-là, l’acteur manquait de relief offrant peu de profondeur à ses personnages. Rappelons pour mémoire que « Hard Boiled » date d’il y a 30 ans. Malgré tout l’ensemble de ses actions négatives ne permettent pas de prendre son personnage en haine sévère. Dans l’ensemble, Tony Leung apparaît comme étant le seul acteur à donner du charisme à son personnage. Même si Chow Yun-fat bénéficie de quelques belles scènes, c’est tout de même son collègue Tony Leung qui prend le dessus au niveau de la distribution. Les conflits intérieurs qui animent le personnage sont clairement perceptibles. Une scène particulière où son personnage rencontre son supérieur hiérarchique sur le toit d’un gratte-ciel, seule personne à savoir qu’il est un flic infiltré et sa véritable identité aura droit à un hommage une décennie plus tard dans « Infernal Affairs » (2002) d’Andrew Lau et Alan Mak.

En ce qui concerne les valeurs de production, il convient de replacer les choses dans leurs contextes, sachant que, comme je l’ai souligné précédemment, ce métrage date d’il y a désormais trois décennies. La photographie présentée par Wang Wing-heng fait la part belle aux scènes d’action. Celles-ci sont essentiellement structurées autour de fusillades et d’explosions. Les différents protagonistes s’affrontant principalement à coup de flingues, souvent de manière démesurée, à bout portant et sans compter ses munitions. On s’étonnera d’ailleurs du peu de fois on l’on voit les personnages recharger leurs armes. La bande originale orchestrée par Michael Gibbs est plutôt plaisante dans l’ensemble. Enfin, le montage effectué par John Woo, David Wu, Kai Kit-wai et Jack Ah débouche sur un film d’une durée de 128 minutes. Ceux-ci verront leur travail récompensé en remportant le prix du Best Film Editing lors des 12th Hong Kong Film Awards.

En conclusion, « Hard Boiled » est un très bon film d’action disposant d’une histoire originale, d’une intrigue tendue et d’un développement nerveux à l’extrême. Le rythme est très soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie se concentre sur l’esthétique des scènes d’action avec des fusillades singulièrement épiques qui viennent ponctuer la deuxième partie du métrage et la violence gratuite des gangsters. La bande musicale est très sympathique et le montage étire parfois inutilement certaines scènes. La distribution offre de bonnes prestations avec une préférence pour Tony Leung Chiu-wai dans le rôle d’un flic infiltré. L’ensemble est rude et apparaît comme un film culte pour certains fans de cinéma hongkongais.

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “HARD BOILED (1992) ★★★★☆

  1. On dit que c’est l’apothéose de John Woo période Hong-Kongaise. L’article semble le confirmer. Je ne l’ai toujours pas vu mais il est évidemment sur ma wish list.

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 30/12/2022, 23 11 30 123012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 758 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :