Action, Aventure, Chine, Comédie

FOR A FEW BULLETS (2016) ★★✮☆☆


 

For a Few Bullets (2016)

 

 

Un voleur-arnaqueur et un agent féminin du gouvernement chinois doivent s’associer afin de récupérer un artefact historique auprès d’agents du Japon.

 

 

« For a Few Bullets » (快手枪手快枪手) est une comédie d’action chinoise datant de 2016, réalisée par Pan Anzi, à qui l’on doit également « Crazy New Year’s Eve » (2015). Les acteurs principaux sont Lin Gengxin, qu’on a pu voir dans « The Great Wall » (2016), Zhang Jingchu, qu’on a pu voir dans « Sky on Fire » (2016), et Liu Xiaoqing, qu’on a pu voir dans « Air Strike » (2018). Ce métrage est paru le 15 juillet 2016 en Chine.

L’histoire proposée par « For a Few Bullets » nous emmène en Mandchourie en 1940. Au nom des envahisseurs japonais, le renégat chinois Song Jingzhi (Jin Rong) annonce qu’il y aura une grande cérémonie à Nanjing pour célébrer l’installation d’un gouvernement chinois fantoche et le concept japonais de la sphère de coprospérité de la Grande Asie de l’Est. Pendant ce temps, le célèbre escroc chinois, Shi Fo (Tengger), serait sorti de sa retraite pour profiter du chaos qui secoue le pays. Quelque part dans le nord-ouest de la Chine, le jeune bandit Zhuang (Lin Gengxin) se fait passer pour Shi Fo ; mais il est arrêté par deux agents du gouvernement. Ils ont besoin de lui pour récupérer un trésor national, un sceau rectangulaire très ancien représentant les quatre dragons, qui a été pillé dans une tombe de la dynastie Yuan récemment découverte par le seigneur de guerre russe Kivinov. Ce dernier doit s’en servir pour conclure un accord avec les Japonais. Zhuang et ses acolytes parviennent à voler le sceau, mais les Japonais, les Américains, les Russes et des agents secrets Chinois tentent de récupérer l’objet…

Le scénario concocté par Zhou Zhiyong et Pan Anzi, ce dernier endossant également la casquette de réalisateur, est relativement abscons, pour finir par apparaître chaotique et qui n’a guère de sens. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner dans de précédentes critiques de film, le mélange des genres ne fonctionnent pas toujours. Dans le cas présent, le réalisateur-scénariste s’est clairement planté. Les éléments de comédie sont ratés, l’humour tombe à plat. Les éléments fantastiques, avec le tueur japonais mystérieux ne sont pas suffisamment expliqués pour qu’on puisse y voir un véritable intérêt. L’action est dans un mode aventurier à la sauce Indiana Jones, évoluant dans une Chine en proie à des troubles politiques du début du XXe siècle avec une présence nippone encombrante. Les principaux protagonistes s’agitent beaucoup, courent, volent, virevoltent, se battent, mais ce n’est guère crédible.

Les personnages sont nombreux et on finit par en perdre son latin. Globalement, ils sont presque tous des antagonistes, plus ou moins méchants. Même les trois principaux protagonistes sont « associés » par les circonstances, et on se rend rapidement compte que chacun d’entre eux n’hésitera pas à tirer profit de la situation pour leur compte personnel à la première occasion. La jolie Zhang Jingchu incarne Li Ruoyun, une agente du gouvernement chinois qui a pour mission de préserver les intérêts de son pays. Lin Gengxin incarne Zhuang, un joueur, tricheur, voleur, qui tente de se faire passer pour un illustre escroc, dont la réputation est légendaire.

Enfin, l’acteur expérimenté Tengger, incarne Shi Fo, le fameux escroc renommé, qui se fait désormais passer pour un marchand. Celui-ci est suivi comme son ombre par son épouse jalouse, amenant quelques séquences comiques. Le gros souci, c’est que pratiquement aucun des éléments ne fonctionne correctement. Pour exemple, l’acteur Lin Gengxin avait montré beaucoup de charisme en tant qu’acolyte du charlatan dans « Young Detective Dee: Rise of the Sea Dragon » (2013), mais sa tentative de dépeindre ici un jeune arnaqueur semble forcée. En outre, sa performance n’est certainement pas assez forte pour porter un film de cette importance.

Les valeurs de production sont assez moyennes malgré le budget de 14 millions de dollars. La photographie est plutôt étincelante, mettant l’accent sur le côté grand spectacle des scènes d’action. Toutefois, là aussi, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Les décors apparaissent comme étant beaucoup trop factices. C’est lisse, trop propre, surtout pour représenter des villes de grande population. La bande musicale orchestrée par le compositeur hongkongais Jin Peida renforce encore ce sentiment d’artificiel. Enfin, le montage débouche sur un film d’une durée de 90 minutes.

En conclusion, « For a Few Bullets » est un film d’action moyen disposant d’une histoire loufoque, d’une intrigue compliquée et d’un développement brouillon. Le rythme est assez soutenu, laissant à penser qu’il y a là une volonté de camoufler les faiblesses du métrage. Le récit est relativement abscons et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie offre de belles images, les scènes d’action sont dynamiques, la bande originale est sobre et le montage est simple. La distribution fait du cabotinage, où seule Zhang Jingchu offre une bonne prestation, sauf dans les passages romantiques. Un métrage qui passe à côté de son sujet en ne parvenant jamais à se positionner clairement sur une approche fantastique ou réaliste. Dommage…

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 758 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :