Crime - Policier, Thriller

BOUND (1996) ★★★★☆


 

Bound (1996)

 

 

La maîtresse d’un mafieux et une ex-taularde vont entamer discrètement une relation intime et élaborer un plan machiavélique pour voler l’argent de dangereux criminels…

 

 

« Bound » est un thriller policier américain datant de 1996 réalisé par The Wachowskis, à qui l’on doit également « The Matrix » (1999). Les acteurs principaux sont Gina Gershon, qu’on a pu voir dans « Face/Off » (1997), Jennifer Tilly, qu’on a pu voir dans « Bride of Chucky » (1998), Joe Pantoliano, qu’on a pu voir dans « The Fugitive » (1993), et Christopher Meloni, qu’on a pu voir dans « Marauders » (2016). La première du film s’est déroulé à l’occasion du Venice Film Festival le 31 août 1996, puis est sorti en salles aux Etats-Unis le 4 octobre 1996.

L’histoire proposée par « Bound » nous invite à suivre Corky (Gina Gershon), une jeune femme tout juste libérée de prison après avoir purgé une peine de cinq ans. Elle est embauchée pour effectuer des travaux de rénovation dans un appartement. Dans l’ascenseur, Corky rencontre brièvement Violet (Jennifer Tilly) et César (Joe Pantoliano), le couple qui réside dans l’appartement voisin. Rapidement, Violet cherche à séduire Corky et un jeu de séduction s’installe. Les deux jeunes femmes finissent par faire l’amour dans l’appartement de Corky. Le lendemain matin, Violet explique sa situation de potiche auprès de César, qui n’est autre qu’un petit truand, qui œuvre comme blanchisseur d’argent pour la mafia. Dans les jours suivants, Violet est témoin d’un violent passage à tabac d’un usurier de la mafia qui aurait détourné deux millions de dollars, orchestré par Johnnie (Christopher Meloni), le fils du patron de la mafia, Gino Marzzone (Richard C. Sarafian). L’argent est finalement récupéré par César qui doit le garder chez lui afin que Gino et Johnnie puissent venir le récupérer eux-mêmes. Violet et Corky décident de voler l’argent tout en faisant endosser la responsabilité à César qui n’aura d’autres choix que de fuir avant que la mafia ne lui mette la main dessus. Le plan semble bien huilé, mais rien ne va se passer comme prévu…

Le scénario concocté par les Wachoskis, qui endossent la double casquette de réalisateur et de scénariste, est extrêmement bien travaillé. L’histoire est assez simple, mais ce sont les détails qui font toute la différence. Bien que le métrage soit qualifié de film néo-noir, il peut s’inscrire dans différents genres. En premier lieu, on peut y voir une histoire policière puisqu’on évolue ici dans le monde de la mafia. Le thriller prend également toute sa place, car on se demande comment tout ceci va se finir. Enfin, on peut également y relever l’aspect romantique et érotique de la relation entre les deux principaux protagonistes de l’histoire. Toutefois, comme je le soulignais précédemment, la base reste infiniment classique, un triangle amoureux toxique, une grosse somme d’argent et quelques flingues.

Comme presque toujours pour les films ayant quelques années au compteur, il est nécessaire de se remettre dans le contexte de l’époque. En 1996, un film neo-noir avec deux femmes fatales ne pouvait pas éviter d’être positionné aux côtés de la vague de thrillers érotiques de cette décennie, comme l’emblématique « Basic Instinct » (1992) de Paul Verhoeven. Ce type de films a transformé le sexe en un spectacle et comme un élément de pouvoir, souvent motivé par une critique de l’individualisme consumériste. Toutefois, « Bound » se distingue par la manière dont il développe ses propres figures de style avec une sincérité romantique. Pour exemple, lorsque Violet demande l’intervention de Corky pour régler un souci de plomberie, les réalisateurs transforment l’image d’un tuyau de cuisine qui fuit en quelque chose de suggestif. Alors que d’autres thrillers érotiques avaient une teinte misogyne, les implications féministes de « Bound » sont claires. Finalement, le thème dominant des Wachowski, est toujours le même, « l’amour libère tout« , que ce soit dans le présent film et dans le reste de leur œuvre.

« Bound » était doté d’un budget de 6 millions de dollars, somme assez modeste qui aura permis tout de même d’obtenir des valeurs de production plus que correctes. La photographie délivrée par Bill Pope, à qui l’on doit les images de films tels que « The Matrix » (1999), « Scott Pilgrim vs. the World » (2010), « Baby Driver » (2017), ou encore « Alita: Battle Angel » (2019) amène des visuels originaux, des angles de prises de vue étonnants. L’action principale se déroule dans deux appartements contigus, s’apparentant ainsi à un hui clos. La bande musicale orchestrée par Don Davis vient très bien souligner l’ambiance générale du métrage. Enfin, le montage effectué par Zach Staenberg débouche sur un film d’une durée de 108 minutes.

En conclusion, « Bound » est un très bon thriller neo-noir disposant d’une histoire simple, d’une intrigue à multiple rebondissement et d’un développement original. Le rythme oscille entre modéré et soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est relativement particulière, empruntant beaucoup à l’univers de la bande dessinée, particulièrement influencée par la série Sin City de Frank Miller. Les scènes de sexe ont été chorégraphiées par l’écrivain féministe et éducatrice sexuelle Susie Bright. La bande musicale accompagne élégamment le récit et le montage est cohérent. La distribution offre de très bonnes prestations. Le duo formé par Gina Gershon et Jennifer Tilly fonctionne vraiment très bien. En fin de compte, les éléments les plus excitants de « Bound » auront fortement attiré l’attention, mais c’est la mise en scène élégante, les performances solides du casting et l’intrigue divertissante qui permettent à ce métrage d’être largement au-dessus du lot. À voir ou à revoir…

 

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 729 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :