Horreur, Thriller

FRIDAY THE 13TH: A NEW BEGINNING (1985) ★★✭☆☆


 

Friday the 13th - A New Beginner (1985)

 

 

Toujours hanté par son passé, Tommy Jarvis, qui a tué Jason Voorhees, se demande si le tueur en série est lié à une série de meurtres brutaux survenus autour de la maison isolée où il vit maintenant.

 

 

« Friday the 13th: A New Beginning » ou « Vendredi 13 – Chapitre 5: Une Nouvelle Terreur » pour la distribution française, est un slasher américain datant de 1985, réalisé par Danny Steinmann (1942-2012), à qui l’on doit également « Savage Streets » (1984). Les acteurs principaux sont Melanie Kinnaman, qu’on a pu voir dans « Best of the Best » (1989), John Shepherd, qu’on a pu voir dans « The Hunt for Red October » (1990), et Richard Young, qu’on a pu voir dans « Indiana Jones and the Last Crusade » (1989). Ce métrage est sorti en salles le 22 mars 1985.

L’histoire proposée par « Friday the 13th: A New Beginning » nous invite à suivre Tommy Jarvis (John Shepherd) qui a tué Jason Voorhees quelques années auparavant. Ces événements, décrits dans le précédent opus, « Friday the 13th: The Final Chapter » (1984), ont laissé des traces dans l’esprit du jeune homme. Ses troubles psychologiques l’ont amené à fréquenter de nombreux établissements psychiatriques. Il est transféré à la Pinehurst Halfway House, dirigée par le Dr Matt Letter (Richard Young) et son assistante Pam Roberts (Melanie Kinnaman). Une petite structure qui accueille une poignée de jeunes, dans un espace simple, en pleine nature. Vic Faden (Mark Venturini), un autre patient de l’institut, pète un plomb et trucide violemment Joey (Dominick Brascia) à coups de hache, plongeant l’établissement dans la stupéfaction. La police étant intervenue, l’institut tente de retrouver un semblant de fonctionnement normal, mais de nouveaux meurtres sanglants voient le jour. Beaucoup voient dans ces assassinats, la patte de Jason Voorhees, mais ce dernier est censé être mort…

Le scénario concocté par Danny Steinmann (1942-2012) est on ne peut plus simple. On prend les mêmes et on recommence. Enfin, plus ou moins. On reprend le même concept et on recommence. À se demander si le but n’étant pas de tuer le plus de personnes en un minimum de temps. Bref, un psychopathe tue les gens, les uns après les autres. Pour se faire, toujours les mêmes accessoires. Hache, machette, couteau, et autres pointes en tout genre. Le principal antagoniste s’est affublé d’un masque de hockey à l’instar de Jason Voorhees. Mais est-ce lui ? La construction de l’intrigue nous invite à croire qu’il pourrait s’agir de Tommy Jarvis, qui en raison de son traumatisme passé, ferait un transfert vers le tueur de Crystal Lake. Pour étayer cette théorie, le jeune disparaît à chaque fois que le serial killer œuvre. C’est bien entendu dans la dernière ligne droite du métrage que le spectateur aura droit à la révélation. Le film se distingue bien entendu par l’aspect slasher avec des meurtres violents et la nudité qui s’avère plus ou moins être une signature de cette franchise.

Avec le recul, on peut se demander qui est vraiment le personnage principal de cette histoire. Tout laisse à penser que c’est Tommy Jarvis qui occupe ce rang, toutefois, comme je l’ai souligné précédemment, il a tendance à disparaître de l’écran durant de longues minutes. Finalement, je pense que l’on peut se focaliser sur Pam Roberts (Melanie Kinnaman), l’assistante du directeur de cet établissement spécialisé. On ne découvre quasiment rien sur ce personnage, mais c’est elle, soutenue par le jeune Reggie (Shavar Ross), qui va tenir tête au tueur. Bien qu’elle soit déterminée à ne pas venir grossir la liste des victimes, cela n’empêche en rien les cris, les hurlements, et autres piailleries. On court dans tous les sens dans l’espoir d’échapper à la mort.

Les valeurs de production sont dans la lignée de ce qui s’était fait jusque-là. Le tournage s’est effectué du 5 novembre 2004 au 22 décembre de la même année. Il s’est principalement déroulé dans les alentours de Los Angeles en Californie. Des tensions sont néanmoins à déplorer entre Frank Mancuso Jr., le producteur et Danny Steinmann, le réalisateur. De nombreuses scènes de sexe furent coupées au montage. La photographie déployée par Stephen L. Posey est classique, s’articulant autour de quelques décors naturels et une maison de type chalet de forêt. La bande musicale orchestrée par Harry Manfredini reprend bien entendu le thème de la saga alors que le montage effectué par Bruce Green débouche sur un film d’une durée de 82 minutes. Contrairement à la croyance populaire, « A New Beginning » fut un succès au box-office, rapportant 22 millions de dollars pour un budget de 2 millions de dollars.

En conclusion, « Friday the 13th: A New Beginning » est un film d’horreur moyen qui souffre essentiellement par le manque d’innovation en laissant un sentiment de vu et revu. L’histoire est familière, l’intrigue est usitée et le développement n’offre rien de nouveau. Le rythme est constant et les morts s’enchaînent, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est basique, la bande musicale est classique et le montage est cohérent. La distribution offre des prestations correctes, mais sans qu’un acteur ne se dégage du lot. Il est fort probable qu’il n’y ait que les fans de la franchise qui puisse apprécier ce film.

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 758 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :