Action, Fantastique

HIGHLANDER (1986) ★★★★☆


 

Highlander (1986)

 

 

Un jeune guerrier écossais immortel doit affronter son ultime adversaire, un barbare meurtrier et brutal qui aspire au légendaire « Prix ».

 

 

« Highlander » est un film d’action fantastique américain datant de 1986, dirigé par Russell Mulcahy, à qui l’on doit également « Resurrection » (1999). Les acteurs principaux sont Christopher Lambert, qu’on a pu voir dans « Knight Moves » (1992), Roxanne Hart, qu’on a pu voir dans « Home Room » (2002), Clancy Brown, qu’on a pu voir dans « The Trials of Cate McCall » (2013), et Sean Connery (1930–2020), qu’on a pu voir dans « The Hunt for Red October » (1990). Il s’agit du premier opus de la franchise Highlander. Ce film a été projeté lors du Festival d’Avoriaz en janvier 1986 et est paru en salles américaines le 7 mars 1986 puis en France le 26 mars 1986.

L’histoire proposée par « Highlander » nous invite à suivre Russell Nash (Christopher Lambert), un antiquaire qui dirige une boutique à New York. Sous ses apparences quelconques, cet homme cache un secret. Il est immortel ! Connor MacLeod de son vrai nom, est né à Glenfinnan, dans les hautes terres d’Écosse au XVIe siècle. Les Immortels mènent une guerre secrète depuis la nuit des temps, s’affrontant les uns aux autres, jusqu’à ce que les derniers restants se regroupent pour l’ultime combat donnant accès au Prix. En 1995, le Rassemblement a finalement lieu à New York et MacLeod doit s’assurer que le Prix ne soit pas remporté par son plus vieil ennemi, le guerrier Kurgan (Clancy Brown), sans le monde basculerait dans les ténèbres…

Le scénario concocté par Gregory Widen, Peter Bellwood et Larry Ferguson, nous permet de voyager entre le XVIe siècle et le XXe siècle, sous forme de flashbacks imputés à l’immortel Connor MacLeod, qui nous permet de visualiser ses souvenirs. Toutefois, le fond de l’histoire, c’est l’éternelle dualité du bien contre le mal. L’ensemble des immortels vivants sur Terre s’affrontent de manière à ce qu’à la fin, il ne puisse en rester qu’un. Et bien entendu, l’ultime confrontation va opposer un homme de bien contre un super méchant. C’est cousu de fil blanc et on sait pertinemment qui va gagner. Dans un film chinois ou coréen, pas sûr que la fin fut aussi propre dans son dénouement. Bien entendu, le personnage incarné par Christophe Lambert, a dû traverser moult péripéties sur une période allant de 1519, sa naissance, jusqu’à nos jours, 1985 dans le film. Et ce sont justement quelques-uns de ces événements de Connor MacLeod que nous présentent les différents flashbacks qui jalonnent le récit. Russell Mulcahy, le réalisateur, prend toutefois le temps de nous montrer les circonstances qui ont amené le Highlander à découvrir son immortalité ainsi que sa formation sous l’aile protectrice de Juan Sánchez Villa-Lobos Ramírez incarné par le toujours excellent Sean Connery (1930-2020).

Le personnage Connor MacLeod est donc incarné par le franco-américain Christopher Lambert, probablement dans son rôle le plus emblématique. Vivant en 1985 sous le pseudonyme de Russell Nash. En 1536, il participe à sa première bataille, son clan étant en conflit avec le clan Fraser. Ceux-ci sont aidés par un guerrier étranger, le Kurgan. Ce dernier a offert gratuitement ses services en échange de son droit de tuer Connor. Lors de la bataille, le Kurgan blesse mortellement Connor, mais doit prendre la fuite avant de pouvoir l’achever. Inexplicablement, Connor se rétablit complètement en quelques jours, amenant son clan à le soupçonner de sorcellerie et de le chasser du village. Connor s’installe dans les hautes terres, devient forgeron et épouse Heather MacDonald (Beatie Edney).

Elle vivra aux côtés du toujours jeune Connor pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’elle ne meure de vieillesse. Il s’agit d’un point de bascule important dans la vie de l’immortel, car il prend ainsi conscience qu’il va voir vieillir et mourir toutes les personnes qu’il va rencontrer et avec qui il va lier des liens. La perte de Heather sera comme une éternelle souffrance pour Connor, qui n’accordera plus son amour à une femme. Ramírez, incarné avec maestria par Sir Sean Connery, est un immortel Espagnol. Ayant vécu au Japon puis en Espagne, il apprend que le Kurgan a ciblé Connor MacLeod, il s’est mis à la recherche de ce dernier et devient son mentor. De son côté, le Kurgan, interprété par l’imposant Clancy Brown, est le dernier « représentant » de sa tribu. Il s’agit ni plus ni moins que d’un psychopathe, un barbare sadique et un meurtrier brutal. Un petit mot concernant Rachel Ellenstein, personnage incarné par Sheila Gish. Il s’agit de la secrétaire de Connor, âgé d’une cinquantaine d’années, elle est sa fille adoptive. Enfant juive, il l’a sauvée des nazis pendant l’Holocauste. Rachel est l’une des rares personnes mortelles à connaître sa véritable identité.

« Highlander » a rencontré peu de succès lors de sa sortie initiale en salles, rapportant près de 13 millions de dollars de recette mondiale contre un budget de production de 19 millions de dollars. Les critiques de l’époque furent plutôt mitigées de la part de la presse spécialisée. Cependant, ce métrage est devenu un film culte et a inspiré plusieurs suites de films et spin-offs télévisés. Il est également connu pour les chansons enregistrées par le groupe de rock Queen, dont « Princes of the Universe » également utilisé pour la séquence titre de la série télévisée. En outre, le slogan, « Il ne peut en rester qu’un« , s’est perpétué dans la culture pop. La photographie présentée par Gerry Fisher (1926-2014) est très intéressante. Il joue profondément avec les différentes époques. Les somptueux décors naturels écossais venant fortement contraster avec des décors des rues souillées de New York. Le tournage s’est déroulé d’avril à août 1985. Toutes les scènes de Sean Connery furent filmées en une semaine, en raison de l’emploi du temps chargé de l’acteur. La bande musicale orchestrée par Michael Kamen (1948-2003) offre beaucoup de relief et de rythme au métrage. Plusieurs titres de Quenn sont venus s’ajouter à la bande originale. Enfin, le montage effectué par Peter Honess débouche sur un film d’une durée de 111 minutes.

En conclusion, « Highlander » est un très bon film d’action fantastique disposant d’une histoire originale, d’une intrigue classique et d’un développement nerveux. Le rythme est assez soutenu, le récit est fluide et la narration est ponctuée de nombreux flashbacks. La photographie est très plaisante avec un bon contraste dans les décors, la bande originale est marquante avec quelques titres mémorables et le montage est cohérent. La distribution offre de très bonnes prestations. Le duo formé par Christophe Lambert et Sean Connery est sympathique alors que Clancy Brown est parfait dans le rôle du principal antagoniste de l’histoire. L’ensemble est parfaitement divertissant et, avec les années, est devenu culte. Je ne saurais finir cette critique sans dire : « il vaut mieux mourir que de disparaître » !

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

5 réflexions sur “HIGHLANDER (1986) ★★★★☆

  1. Un parfum de nostalgie remonte soudain de cette chronique qui me renvoie à mes souvenirs adolescents et à la découverte de cette « Highlander » au ciné. Teinté de romantisme un peu baveux, très empreint de l’esprit des eighties, il marie, c’est vrai, le lyrisme médiévaliste très à la mode à l’époque avec un profond questionnement sur la solitude dans l’éternité. Russel Mulcahy brasse tout ça à coup d’épée, à sa manière d’Australien un peu rugueux (auparavant, il chassait le sanglier géant dans l’outback, rappelons-le), mais avec une efficacité qui semble toujours fraîche.
    Merci pour cet article.

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 21/01/2023, 16 04 52 01521
  2. Ma jeunesse a littéralement été bercée par la série, le générique résonne toujours à mes oreilles d’ailleurs 😍 J’ai vu ce film un peu plus tard, du coup, je t’avoue que mon premier amour va plutôt à la série, mais il reste tout à fait culte à mes yeux !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 22/01/2023, 11 11 31 01311
    • Le quatrième opus de la franchise des films Highlander, intitulé « Endgame » paru en 2000 met en vedette Adrian Paul alias Duncan MacLeod, le personnage principal de la série et Christopher Lambert alias Connor MacLeod, le personnage principal des films. Ce sera la dernière apparition de l’acteur français dans le rôle. Un cinquième film sera néanmoins produit en 2007 avec Adrian Paul. J’ai aussi été fan de la série… J’aimais beaucoup le personnage de Methos, incarné par Peter Wingfield ainsi que le personnage d’Amanda, interprétée par Elizabeth Gracen.

      null

      J’aime

      Publié par Olivier Demangeon | 22/01/2023, 12 12 55 01551

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 456 071 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :