Horreur, Taiwan

HOSPITAL (2020) ★★☆☆☆


 

Hospital (2020)

 

 

Une épouse en deuil et la sœur d’une infirmière ont payé un prêtre en fin de vie pour communier avec les esprits de leurs proches décédés dans un hôpital, abandonné depuis car réputé comme étant hanté.

 

 

« Xing Lin Yi Yuan » ou « Hospital » pour la distribution internationale, est un film d’horreur taïwanais datant de 2020, écrit et réalisé par Chia-Lin Chu, à qui l’on doit également « Nguyen Thi Bich Hoa and Her Two Men » (2018). Les acteurs principaux sont  Li-chi Hsu, qu’on a pu voir dans « The End of Toby’s Mornings » (2016), Tai-Bo, qu’on a pu voir dans « Twilight’s Kiss » (2018), et Po-Hung Lin, qu’on a pu voir dans « Transformers: Age of Extinction » (2014). Ce métrage est paru le 31 décembre 2020 à Taïwan. Il est disponible actuellement sur Netflix.

L’histoire proposée par « Hospital » nous invite à suivre un prêtre taoïste (Tai-Bo), assisté de son fils A-Hung (Po-Hung Lin), qui organisent des visites spirituelles dans un hôpital abandonné et présumé hanté. Deux jeunes femmes sont les participantes du jour. L’une comme l’autre veulent entrer en contact avec un défunt, ayant perdu la vie dans cet établissement hospitalier. La première cherche à revoir son mari une dernière fois pour lui livrer le message important qu’elle désirait lui donner après son opération, qui fut finalement fatale. La seconde voulant prendre contact avec sa sœur infirmière, qui semble avoir été défenestrée accidentellement alors qu’elle travaillait dans l’établissement de soin. L’hôpital semble avoir été abandonné à la hâte, une grande partie du matériel étant resté sur place. La progression du groupe est rapidement entravée par des manifestations surnaturelles, rapidement neutralisées par le prêtre. Les choses se compliquent néanmoins lorsque ce dernier commence à montrer des signes de faiblesse en raison de ses problèmes de santé…

Le scénario concocté par Chia-Lin Chu, qui endosse ici la double casquette de scénariste et de réalisateur, nous perd rapidement dans des développements métaphoriques embrouillés. Manifestement, l’hôpital est clairement hanté par une entité maléfique puissante et très contrariée. Selon ce que j’ai pu comprendre, il s’agit du fantôme d’une jeune mère ayant perdu son fils alors qu’il avait été hospitalisé pour une intervention bénigne. Sombrant dans une déprime profonde, elle décide de s’immoler par le feu devant le corps de son enfant, provoquant ainsi un important incendie. Dès lors, elle hante les lieux, provoquant des incidents en cascade, ce qui aurait provoqué l’abandon rapide des lieux. La confrontation avec cette entité maléfique est contenue jusqu’à ce que le prêtre taoïste commence à faiblir. Dès lors, les autres protagonistes sombres dans une confusion profonde en raison des différentes illusions provoquées par le fantôme. Le twist final vient cependant tout remettre en question et laisse la porte ouverte à toutes sortes d’interprétations.

Il est assez difficile de définir quel est le personnage principal dans cette histoire. Le développement s’intéresse à l’ensemble des personnages, le focus passant de l’un à l’autre. Finalement, c’est le père et le fils qui possède le plus petit rayonnement dans l’histoire. On découvre pourquoi chacune des personnes se sont inscrites dans cette démarche. De nombreux flashbacks viennent nous présenter des faits et des incidents s’étant déroulés durant la période d’activité de l’hôpital. Le réalisateur-scénariste devient inaudible dans son approche des phénomènes paranormaux. On retrouve néanmoins des éléments classiques du genre, mais la volonté d’offrir une approche différente, une approche inventive, le cinéaste se casse la gueule. Du coup, on se retrouve face à des effets qui tombent à plat. Je soupçonne Chia-Lin Chu d’en avoir été pleinement conscient, car il glisse des jumpscares, somme toute assez efficaces, ici ou là, pour rappeler au spectateur qu’il est bien en train de regarder un film d’horreur.

Les valeurs de production sont plutôt mitigées. Personnellement, je les qualifierais dans une position allant de modeste à faible. La photographie se limite à l’intérieur d’un hôpital. Une salle d’opération, une salle de soin, des chambres, la morgue, des bureaux, des couloirs et des escaliers. La présentation s’organise sur deux espace-temps. La période d’activité avec un décor propre, une image lumineuse et de nombreux figurants. La période « actuelle » avec un décor chaotique plongé dans l’obscurité, des débris partout et un nombre d’intervenants limités. Les effets spéciaux gérés par Chi-Feng Lin profitent du manque d’éclairage, avec des présentations très usuelles dans le cinéma asiatique. Robe blanche, teint blafard, yeux révulsés, cheveux qui masquent le visage… La bande musicale est plutôt discrète, et le montage débouche sur un film d’une durée de 89 minutes.

En conclusion, « Hospital » est un film d’horreur défectueux disposant d’une histoire alambiquée, d’une intrigue sans but et d’un développement classique. Le rythme est haché, le récit est confus et le développement est obscur. La photographie est basique, les effets spéciaux sont camouflés dans l’obscurité des scènes d’action, la bande originale est sombre, et le montage est sommaire. La distribution tente de faire de son mieux avec un scénario abscons sans qu’aucune prestation ne permette à un acteur de se démarquer. L’ensemble n’est guère effrayant en dehors de quelques jumpscares faciles mais efficaces. Un film qui basculera rapidement dans l’oubli de notre mémoire…

 

 

xxx video xxx

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 729 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :