Action, Corée du Sud, Netflix, Science fiction

JUNG_E (2023) ★★★✮☆


 

Jung_E (2023)

 

 

 

Dans un futur post-apocalyptique, une chercheuse dans un laboratoire s’efforce de mettre fin à une guerre civile en clonant le cerveau d’une combattante héroïque : sa mère.

 

 

Au XXe siècle, la Terre est une planète désolée qui n’est plus habitable en raison du changement climatique. Les humains sont obligés de vivre dans des stations orbitales construites dans l’espace. La population est installée dans environ 80 de ces stations. Toutefois, après plusieurs années, les stations n°8, 12 et 13 décident de faire scission et de déclarer leur indépendance sous l’entité de République d’Adrian. Devant les protestations des autres groupes, une guerre civile a vu le jour entre les forces alliées et la République d’Adrian.

Le capitaine Yun Jung-yi (Kim Hyun-joo) est une mercenaire légendaire des forces alliées qui a mené son équipe à d’innombrables succès contre la République d’Adrian. Elle a une petite fille, Yun Seo-hyun (Park So-yi), qui souffre d’une tumeur au poumon. Afin de financer l’opération et les soins, Jung-yi continue d’accepter de nouvelles missions. Le jour où Seo-hyun se fait opérer, Jung-yi s’engage pour une dernière mission. Malheureusement, elle échoue, et se retrouve dans le coma. Sa mère est persuadée par Kronoid, un institut chargé de développer les technologies de l’IA, d’accepter de cloner le cerveau de Yun Jung-yi, promettant qu’ils couvriront les traitements, l’éducation et les frais de subsistance de sa fille.

 

 

« Jung_E » (정이) est un film de science-fiction sud-coréen datant de 2023, écrit et dirigé par Yeon Sang-ho, à qui l’on doit également « The Cursed: Dead Man’s Prey » (2021). Les acteurs principaux sont Kang Soo-yeon (1966-2022), qu’on a pu voir dans « Hanbando » (2006), Park So-yi, qu’on a pu voir dans « Deliver Us from Evil » (2020), Kim Hyun-joo, qu’on a pu voir dans « Star Runner » (2003), Ryu Kyung-soo, qu’on a pu voir dans « Midnight Runners » (2017), et Uhm Ji-won, qu’on a pu voir dans « The Phone » (2015). Ce métrage est disponible sur Netflix depuis le 20 janvier 2023.

L’histoire proposée par « Jung_E » nous invite en 2194. La société Kronoid a cloné le cerveau de Jung-yi afin de développer un guerrier humanoïde, nommé JUNG_E. Le Docteur Yun Seo-hyun, la fille désormais adulte de Jung-yi, est le chef d’équipe du projet de recherche JUNG_E. Avec son équipe, ils cherchent à stabiliser l’IA de JUNG_E afin de produire un super guerrier. Mais à l’instar du Capitaine Jung-yi, le cyborg échoue systématiquement dans chaque simulation de la dernière mission. Le directeur du laboratoire de recherches Kronoid exerce une grosse pression sur son équipe pour qu’elle progresse dans le développement de l’IA. Il semble plus intéressé par son ego que par le bien-être de son personnel. Les cartes vont cependant être redistribuées lorsque le Président de Kronoid vient leur annoncer la fin du projet, considérant que les humanoïdes de combat sont désormais inutiles…

Le scénario concocté par Yeon Sang-ho, qui endosse également la casquette de réalisateur, offre une énième approche sur l’Intelligence Artificielle. Étant donné le niveau actuel de ce que peut être un robot de type humanoïde, le cinéaste déplace son récit à la fin du XXIIe siècle. La situation a permis de développer un certain nombre de possibilités dans ce domaine et une société, Kronoid, pense être en mesure de produire le robot ultime. Tout ceci permet de naviguer dans l’univers de la science-fiction. Comme la finalité étant d’avoir des guerriers parfaits, un certain nombre de scènes d’action viennent nourrir le récit. Reste que de mon point de vue, « Jung_E » est un panégyrique à la famille, et plus particulièrement à la relation mère-fille. Dans une certaine mesure, on retrouve un petit peu de « Blade Runner » (1982) de Ridley Scott dans cette histoire, où les humanoïdes s’interroge sur leur état, sur leur conscience et sur leur pérennité. Il y a également une influence qui trouve ses origines dans « I, Robot » (2004) d’Alex Proyas, lorsque Yun Jung-yi se cache au milieu d’un stock de Jung_E en attente, bien alignés en rang. 

Il y a peu de personnages dans l’histoire présentée dans ce film. Yun Seo-hyun, incarnée par la regrettée Kang Soo-yeon, n’a pas conscience de son état de robot. Les ingénieurs-scientifiques ont réussi à répliquer sa mémoire, son esprit, ses souvenirs et peuvent l’associer à volonté à une enveloppe physique de type humanoïde aux capacités étendues. Kang Soo-yeon est décédée (1966-2022) des suites d’une hémorragie cérébrale. Elle revenait après une pause de dix ans dans sa carrière cinématographique. Le personnage est plutôt taciturne, sur la réserve. Elle se retrouve à la tête d’une équipe de chercheurs visant à stabiliser l’IA de Jung_E qui est modélisé selon l’état d’esprit de sa mère, ancienne mercenaire. Elle souffre manifestement, depuis son jeune âge, de la disparition de sa mère, et cherche manifestement à combler un vide.

Les choses vont changer d’orientation lorsque Yun Seo-hyun découvre que le projet de super guerrier est abandonné, et que les humanoïdes à l’effigie de sa mère seront réorientés vers des robots domestiques et/ou sexuels. Kim Hyun-joo incarne donc Yun Jung-yi, le robot humanoïde. Elle ne prend pleinement conscience de son état de robot que dans la dernière partie du film. Les scènes d’action sont essentiellement construites autour de ce personnage. D’abord sous forme de simulation, pour devenir effectives, lorsqu’elle fuit le centre de recherche. Kim Sang-Hoon, interprété par Ryu Kyung-soo, le directeur du centre de recherche, se retrouve, dans une certaine mesure, dans la même situation que Yun Jung-yi, car il n’a pas conscience de son véritable état. Ce personnage a une attitude paradoxale. Il amène quelques pointes d’humour, mais s’avère également désagréable et tyrannique.

Doté d’un budget de 20 milliards de Won (≈ 16 millions de dollars), les valeurs de production sont d’un très bon niveau pour ce métrage. La photographie délivrée par Yoo Ji-sun offre une belle immersion dans un monde futuriste. Les effets spéciaux, impliquant près d’une centaine de personnes, sont particulièrement impressionnants de réalisme. L’animation des cyborgs est assez convaincante, avec une pointe d’originalité avec un imposant robot-chien, qui évolue comme s’il était équipé de rollers, avec une considérable capacité de tirs. La bande musicale orchestrée par Kim Dong-wook est plutôt sobre, tandis que le montage effectué par Yang Jin-mo trouve un équilibre intéressant, laissant la partie centrale du métrage dans un temps lent afin de développer l’intrigue principale.

En conclusion, « Jung_E » est un bon film de science-fiction disposant d’une histoire prenante, d’une intrigue captivante et d’un développement harmonieux. Le rythme trouve un bel équilibre entre des périodes extrêmement dynamiques et des parties plus lentes. Le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie est plaisante, les effets spéciaux sont impressionnants, la bande originale est discrète et le montage est équilibré. La distribution offre des prestations mitigées avec une Kim Hyun-joo percutante, une Kang Soo-yeon terne pour son dernier rôle et un Ryu Kyung-soo excentrique. L’ensemble est divertissant sans être novateur, et surtout bien loin des critiques négatives, sempiternels reproches aux productions Netflix.

 

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “JUNG_E (2023) ★★★✮☆

  1. Il me tente pas mal celui-là ! Il est disponible en VF ?

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 28/01/2023, 17 05 08 01081

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 456 077 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :