SLASHER

Slasher

SLASHER

 

Le « Slasher » est un sous-genre de films d’horreur, mettant généralement en scène un tueur en série assassinant une multitude de victimes, généralement avec des outils et/ou des armes blanches, dans un jeu du chat et de la souris. Bien que le terme «slasher» est parfois utilisé de manière informelle comme un terme générique pour tout film d’horreur impliquant un assassinat, les spécialistes du genre citent un ensemble de caractéristiques qui auraient mis ces films à part des autres sous-genres de l’horreur, tels que les film d’horreur psychologiques par exemple.

Certains spécialistes citent « Psycho » (1960) d’Alfred Hitchcock comme étant le premier film d’influence « slasher », et la plupart croit que le pic du genre a eu lieu dans les films américains parus au cours des années 1970 et 1980. Ces films d’horreur classiques comprennent « Massacre à la Tronçonneuse » (1974) de Tobe Hooper, »Halloween » (1978) de John Carpenter, « Vendredi 13 » (1980) de Victor Miller et Sean S. Cunningham, « Les Griffes de la Nuit » (1984) de Wes Craven, et « Jeu d’enfant » (1988) de Tom Holland. Le film satirique de Wes Craven « Sceam » (1996) a ravivé l’intérêt du public dans ce genre, et plusieurs des franchises de slasher ont été relancées dans les années qui ont suivi la sortie de « Scream ».

On peut définir le « slasher » comme ayant une structure répétée dans le développement de l’intrigue, théorisant que tous les « slasher » adhèrent à la même formule, d’une manière ou d’une autre. L’intrigue d’un « slasher » est toujours influencée par un événement passé dans lequel la communauté du film, souvent des personnages adolescents, engage une action illicite, où la victime, futur tueur, éprouve une forme de grave traumatisme physique et/ou mental. Le « slasher » commence souvent par une commémoration d’un événement important du passé, comme un anniversaire par exemple, réactivant le tueur.

Les franchises de « slasher » populaires ont tendance à suivre les pérégrinations du méchant de film en film, plutôt que les victimes du tueur, qui ne réapparaissent que rarement dans les suites. L’idolâtrie du tueur de chaque franchise crée sans doute une filière d’anti-héros des méchants de films d’horreur. Les exemples notables de ces tueurs icôniques sont : Michael Myers (Halloween), Freddy Krueger (Les Griffes de la Nuit), Jason Voorhees (Vendredi 13), Chucky (Chucky), Ghostface (Scream) et Leatherface (Massacre à la Tronçonneuse).

Voici la liste de films de type « slasher » dont nous vous proposons une critique sur ce blog :

 

Les commentaires sont fermés.

Archives

Nbs de Visites

  • 40,199 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter